Search
IFIC logo
La voix de l’industrie des fonds communs au Canada

Votre personne-ressource est :
Pira Kumarasamy
Conseillère principale, Communications et Affaires publiques
pkumarasamy@ific.ca
416-309-2317

Communiqué de presse

La confiance envers les fonds demeure élevée; les discussions entourant la convenance des placements prennent de plus en plus de place


Toronto (Ontario) – Le 16 octobre 2015 – Pour une dixième année consécutive, une enquête menée par Pollara pour le compte de l’Institut des fonds d’investissement du Canada (IFIC) révèle que les fonds communs de placement demeurent le premier véhicule d’épargne des Canadiens.

Selon le rapport de 2015 intitulé La perception des investisseurs canadiens quant aux fonds communs de placement et à l’industrie des fonds communs, 87 % des investisseurs estiment que les fonds les aident à réaliser leurs objectifs financiers. Ce pourcentage diminue lorsque vient le temps d’exprimer leur confiance envers les actions (62 %), les CPG (61 %) et les obligations (55 %).

« Au cours de la dernière décennie, les Canadiens qui détiennent des fonds communs de placement ont déclaré de façon soutenue qu’ils croyaient fermement que ces véhicules d’épargne pouvaient les aider à réaliser leurs objectifs financiers, plus que tout autre produit », affirme Joanne De Laurentiis, présidente et chef de la direction de l’IFIC. « Ces résultats reflètent le succès que connaît notre secteur lorsque vient le temps de répondre aux besoins des investisseurs dans un marché en constante évolution. »

La confiance envers les conseillers financiers demeure élevée, 94 % des investisseurs de fonds communs de placement affirmant qu’ils peuvent faire confiance à leur conseiller pour obtenir des conseils judicieux. Les conseillers demeurent de loin la source d’information privilégiée en matière de fonds communs de placement par l’intermédiaire de conversations (82 %), de bulletins électroniques (64 %) et de sites Web (53 %). Les médias d’information constituent une autre source importante (57 %).

La vaste majorité (92 %) des répondants disent que leur conseiller a discuté avec eux de la convenance des produits choisis par rapport à leurs objectifs de placement. Cette statistique démontre qu’au cours des sept dernières années, il y a eu une progression lente, mais stable du nombre de discussions liées à la convenance des placements.

Dans 91 % des cas, les répondants s’entendent pour dire qu’ils ont obtenu un meilleur rendement sur leurs placements que s’ils n’avaient pas eu recours aux services d’un conseiller. De récentes études réalisées par le CIRANO et le Conference Board du Canada démontrent que les conseils financiers peuvent accroître l’épargne des investisseurs et améliorer la sécurité financière à long terme des Canadiens.

Les investisseurs profitent de ces avantages, peu importe la taille de leur patrimoine. En effet, la plupart d’entre eux ne possédaient au départ que de petites sommes à investir. Parmi les répondants, 40 % avaient moins de 10 000 $ à investir au moment où ils ont commencé à consulter un conseiller, et plus de la moitié (58 %) avaient moins de 25 000 $.

« Les politiques publiques et le cadre réglementaire se doivent de reconnaître et de soutenir le rôle essentiel que joue le secteur pour aider tous les investisseurs, peu importe la taille de leur patrimoine, à bâtir une retraite qui leur offrira la sécurité financière, et ce, par l’intermédiaire d’options de produits et d’un vaste accès aux conseils financiers », a affirmé Mme De Laurentiis.

Cette année, de nouvelles questions visaient à déterminer le type de services que reçoivent les investisseurs. L’étude a révélé que plus de la moitié des investisseurs de fonds communs de placement qui ont recours à un conseiller reçoivent des services liés à la planification des placements (58 %), à la planification financière (55 %) et à la planification de la retraite (48 %).

L’étude de Pollara a démontré que près de neuf investisseurs sur dix sont satisfaits de la valeur qu’ils obtiennent pour leur argent sur le plan du service et du rendement. Ces données, combinées aux réponses des questions posées au cours des années précédentes sur les frais, pourront aider le secteur et d’autres intervenants à évaluer l’incidence de la phase 2 des réformes relatives au modèle de relation client-conseiller (MRCC2).

Le rapport de l’étude de Pollara est fondé sur 1 008 sondages téléphoniques avec des porteurs de parts de fonds communs de 18 ans ou plus qui prennent la totalité ou une partie des décisions concernant l’achat de fonds communs de placement de leur ménage.

À propos de l’IFIC

L’Institut des fonds d’investissement du Canada est la voix de l’industrie des fonds d’investissement au Canada. L’IFIC regroupe 150 organisations, dont des gestionnaires de fonds, des distributeurs et des entreprises de services sectoriels. Il cherche à promouvoir la solidité et la stabilité du secteur des placements afin que les investisseurs puissent atteindre leurs objectifs financiers. En faisant le lien entre les épargnants canadiens et l’économie nationale, notre secteur contribue grandement à la croissance de l’économie canadienne et à la création d’emplois. L’organisme est fier de servir le secteur des fonds communs de placement au Canada et ses investisseurs depuis plus de 50 ans.

– 30 –

Renseignements :

Sara Clodman, conseillère principale, Affaires publiques

sclodman@ific.ca  416-309-2317